Féerie aquatique…

Bonjour tout le monde!

Ce que je vous montre aujourd’hui n’aurai jamais vu le jour sans ma toupine Aline Ea.

C’est sur twitter que tout a commencé.

Aline m’a demandé mon avis sur Festival de Picture Polish. Comme vous le savez (ou pas), ce vernis fait partie de mon top 5, et il représente à mes yeux le St Graal de la Flakie.

Je lui ai donc parlé de mon amour pour ce vernis, je lui ai montré une photo des reflets sur une bague à moi faite avec lui, et elle a été convaincue.

Mais Aline, elle en a marre de devoir mettre ses flakies sur une base foncée. Aline, elle est joyeuse, alors le noir, c’est de temps en temps.

Aline, en ce moment, elle aime le turquoise. Et elle avait un doute sur le fait que ça fonctionne, car dans le Festival, il y a des flakies rouges…

Du coup, j’ai décidé de lui swatcher sur mes deux vernis mint, le Blue Model de Bourjois et le Mint Candy Apple d’Essie.

Elle a le Blue Model, c’est donc parfait.

J’ai donc swatché sur deux ongles, et envoyé la photo pour finir de la convaincre.

Et comme j’ai moi-même été convaincue par le résultat (vive ma force d’auto-convainquance, je suis trop une vendeuse cachée) j’ai fait tout les ongles.

Pour les NPA à l’oeil moins bien entraîné et pour les non-NPA qui me lisent, le Blue Model est le plus foncé et le Mint Candy Apple le plus clair. Le Blue Model a une teinte plus verte, également.

Pour le coup, ça fonctionne vraiment pas mal! Les flakies deviennent transparentes sous certains angles, et on ne voit alors que la couleur de base, mais dès que la lumière tombe sur les flakies, elles « s’allument » aussi bien que sur une base sombre.

Je dirai que c’est une alternative discrète et portable aux sacro-saintes flakies sur fond noir.

Qu’en pensez-vous?

En attendant de connaître vos avis, je vous laisse et vous fait des bisous! :-*

Publicités

Wintermint – Paillettes de sirène

Bonjouuuuur!
Oui, enfin, je suis de retour! Après moult péripéties, je retrouve peu à peu mes marques et je reviens d’entre les morts.J’avoue mes péchés, je n’ai rien préparé pendant les vacances, ni depuis mon retour. Entre l’ordinateur qui était mort et d’autres soucis, je n’avais pas le coeur à ça.

Mais je suis bel et bien de retour!

Vous pouvez remplacer mon intro par celle de ma Céline d’amour, qui elle aussi reviens de loin, son ordi n’ayant pas supporté la perte du mien, il a lui aussi rendu son dernier souffle. (Je te conseille quand même de cliquer sur le lien, parce que tu rate quelque chose si tu le fait pas. Va la suivre, allez allez.)

Bref, on reviens en même temps, mais ça, tu t’en fout.

Toi, tu te demande ce que je vais te montrer pour fêter ça! Coquine!

Eh bein voilà, j’ai longuement hésité, et puis j’ai consulté twitter parce que je m’en sortait pas.

J’ai eu une majorité de « PAILLEEEETTES <3 <3 » et de « Paillettes powa!!!!! » du coup, la lavande, ce sera pour une prochaine fois.

Et puis, comme twitter c’est un trou noir, j’y suis restée un peu et j’ai fini par parler caca et nail art « pipi-room » avec une sombre histoire de vernis blanc pour imiter la faïence des toilettes. Oui, twitter c’est le mal. (Si tu comprends rien, c’est que tu me suit pas sur twitter, vilaine. Ou que tu te couche tôt, bonne résolution.)

Bon, après cette parenthèse pas tellement enchantée, j’en suis revenue à cet article, et à son joli contenu.

Comme la paillette a été largement sollicitée, c’est la paillette qui entre en scène.

Et attention, pas n’importe quelle paillette. De la paillette cadeau.

Vous avez déjà entendu parler de ce vernis ici, car je l’ai reçu d’Audrey BRG pour le Swap caca de licorne.

Il s’agit du sublime Wintermint de Paris Sparkles.

Avant de te le montrer (ouiiii, je suis méchante), il faut que je te parle de Paris Sparkles.

J’ai découvert ces vernis grâce au Swap, et je suis vraiment heureuse de faire une si belle découverte. Ces vernis sont handmade, en gros, c’est pas de l’industriel mais de la popote maison, et moi, ça me plait. Ils sont 3-Free, encore un bon point. Ils sont disponibles sur la boutique Etsy de leur créatrice, Stacy. Et puis ils sont trop beaux. (Oui, Chataigne, Cobalt Surprise et Midnight in Paris me font les yeux doux.)

Voici donc celui que j’ai reçu d’Audrey…

Coucou les reflets bleutés de toute beautéééé…

Alors, il est pas canon le petit?

Moi je suis conquise, de bout en bout. Là, vous le voyez porté sur Mermaid’s Tears d’OPI, un joli vert d’eau crème qui m’a longtemps fait de l’oeil, jusqu’à ce que je le trouve dans un bac à soldes.

J’en ai mis trois couches (oui, sur mes deux couches de Mermaid’s Tears, ça faisait une sacrée épaisseur, mais pas tant que ça, étonnamment.) mais en deux c’était déjà trop beau.

Le fini n’est même pas granuleux, le coup de top coat n’est pas un luxe pour autant, car il aide à obtenir des reflets qui n’apparaissent pas sans ça. (Les reflets bleutés de toute beauté dont je parlais plus haut.)

Seul et unique reproche à l’heure actuelle: ça manque un chouia de « suspension base » pour aider les paillettes à pas tomber au fond du flacon.

Bon, il faut avoir 10 minutes devant soi pour secouer le flacon dans tous les sens. Mais je lui pardonne, comme je lui pardonnerai le passage obligé par les papillotes (quoique, je n’en sais rien à l’heure actuelle).

Voilà. Un retour en pavé et plein de paillettes, à mon image.

J’espère que vous avez apprécié de me lire à nouveau, sachez qu’en tout cas, j’ai pris plaisir à rédiger cet article. :)

Des bisous, et à très vite! :-*

Une rencontre pailletée…

Bonjouuuur!

Aujourd’hui, c’est un jour pas comme les autres.

Je vais vous parler de vernis, oui, mais pas uniquement.

Certaines d’entre vous le savent, j’ai fait la rencontre d’une blopine à moi récemment à Paris.

Là, elle est sans doute en train de trotter dans les rues de Londres, en quête d’un Boots ou d’un musée, ou encore de boire une bonne bière au pub du coin…

Car oui, elle était sur Paris pour ensuite rejoindre cette ville-fantasme qu’est Londres.

On a décidé de se faire une virée shopping ensemble avant son départ, et du coup on a trotté toute la journée et le lendemain mes pieds m’ont dit tout le bien qu’ils pensaient de moi.

Bref, cette blopine, c’est Manadotcom.

Et je dois vous le dire, je suis jalouse.

Bah oui, elle est trop bien gaulée, elle a de jolis cheveux rouges, elle est sympa comme tout, et rigolote aussi…

Il y a anguille sous roche, moi j’dis.

Mais j’ai trouvé son point faible! Elle mange comme une porcasse!!! Mouahaha!

Pour sa défense, la sauce était trèèèès liquide et puis c’est pas pratique à manger, le Subway. (On se trouve les excuses qu’on peut, hein.)

Pour l’occasion, on avait décidé de choisir une manucure l’une de l’autre, et de la réaliser.

J’ai opté pour un nail art floral et délicat, dont voici la version originale.

J’ai fait avec mes propres moyens, et j’ai donc remplacé Essie Fiji par mon amour de toujours Step Right Up d’OPI, et That’s Hot Pink d’OPI se change en Watermelon d’Essie. Mojito Madness reste, quant à lui.

Et en situation:

J’ai fait plus light, avec seulement une fleur par ongle. Et ma foi, j’adore!

C’est romantique et délicat, et ça me fait une excuse de porter du nude sans que ce soit trop discret.

Mana avait choisi de me piquer ma manucure Poissirène. Elle a fait ça tout bleu, avec même quelques points d’Ozotic 515 qui lui ont rappelé Arc-en-Ciel. Et Arc-en-Ciel, c’est le livre de mon enfance. Lu et relu et rerelu. (Comme quoi les paillettes et moi, ça a commencé tôt)

Du coup je n’avais d’autre choix que d’aimer, hein. (D’ailleurs maintenant je voue un amour encore plus grand à mon 515, puisqu’il représente maintenant les écailles du plus beau poisson des Océans)

Voici un petit bout de sa manucure! (A voir en moins flou et mieux cadré sur son blog dès son retour de Londres!)

On a été à Lush, elle est devenue hystérique en tombant sur les pains moussant « sous le soleil » qui sont enrobés de paillettes dorées.

Elle en avait plein les mains après, alors elle s’en est tartiné les seins. Normal. (J’en profite pour dire que l’étiquette « try me » sur le pot de Nénés Chéris, une crème pour le « buste », c’est un peu une bonne blague. Héhéhé, bande de pervers.)

Elle en avait encore plein les mains, alors elle m’en a mis sur les joues et sur celles de Chérichou. On avait l’air fin au soleil, c’est moi qui vous le dit. (Chérichou en mode Edward Cullen, « Coucou c’est moi, le vampire tapette! »)

On est entrées dans approximativement tous les Sephora, Monoprix et Lush de Paris, et on a fait des folies à Culture of Color…

En noir et blanc, évidemment, on va pas casser le suspense…

On a été boire un verre et le serveur avait pas l’air très en forme. Mana a eu peur de pas avoir sa tranche dans son Coca tranche, mais le petit était peut-être plus réveillé qu’on le pensait, et elle l’a eu, sa tranche. (Information capitale, je sais)

Moi j’ai encore fait ma chieuse à demander la liste de touuuuus les sirops qu’ils avaient, et j’ai eu droit à un très bon diabolo cassis. (que j’ai englouti en deux secondes, j’en veux encooore)

Chérichou, cet être original, a choisi un nectar de citron vert. Je savais même pas que ça existait.

Maintenant que vous savez tout de notre journée ensemble jusque dans les détails liquides de notre pause terrasse, et que je vous ai bien endormies, je vous invite à aller lire l’article de Mana sur cette rencontre dès qu’elle rentre de Londres! Donc allez la suivre pour être sûres de ne rien rater! :)

Je vous laisse sur cette photo qui ne me met pas en valeur du tout mais où on est toutes les deux!

Des bisous! :-*

Poissi-Poissi-Poissirène !

Hello!

Oui, je sais. Ce titre… J’y peux rien, hein. J’ai les références de mon âge… ;)

Alors, pourquoi ce titre à deux balles? Tout simplement parce que je me suis inspirée des manucures de sirènes.

Vous savez, cette manucure où l’on fait des pois et des pois à en faire mal à son dotting tool… Oui, celle là. (Oui, je suis dans ton esprit. C’est ça d’être blogueuse. Eheh…)

Eh bien moi, dès qu’on me dit « sirène », je pense « poissirène ». (Qui est un Pokémon, pour ceux qu’auraient loupé le coche ces 10 dernières années…)

Pourtant, rien à voir entre une sirène et un Poissirène. Constatez donc…

On est loin de la belle godiche mi-femme mi-thon à la longue chevelure bleue ondulante qui se cache les tétons avec des coquilles saint-jacques, n’est-ce pas?

Il n’en est pas moins que moi, cette manucure, elle me fait penser à Poissirène.

Comme on est là pour parler vernis, on va parler vernis.

Je vous préviens d’avance qu’il y a de grandes différences de lumière sur les photos, car j’ai commencé cette manucure hier soir et je l’ai terminée aujourd’hui.

Voici donc la couleur de base, le Bourjois Bleu Model.

Il manque un peu de matière, mais au final pour cette manucure ça n’est pas grave!

Pour parler rapidement de ce vernis, j’ai trouvé l’application ultra facile malgré 2 ou 3 couches nécessaires pour avoir un rendu opaque. Il est très joli, et c’est une couleur un peu must-have à mon avis (après, quasi toutes les marques proposent ce type de teinte, je conseille donc à tout le monde de choisir celui proposé par sa marque fétiche)

Ensuite, n’étant point inspirée, j’ai fait des pois. (Point, pois… eheheh) Trois sur chaque ongle. Il faut savoir que je venais de rater une manucure de Licorne magique, ce qui explique les teintes quelques peu My Little Ponyesque que j’ai utilisées.

J’ai utilisé, de gauche à droite (donc de rose à jaune) : Urban Decay Miss T, OPI Planks a Lot et un jaune « milkshake à la banane » Claire’s que j’aime bicou bicou.

Ce sont trois vernis que j’adore. Pour le Claire’s, comme quoi, pas besoin de taper dans le vernis de luxe pour trouver son bonheur (quoi que… Cette teinte est dispo chez Sally Hansen, et elle me fait de l’oeil sévère.)

(Au fait, vous aussi vous la voyez la vilaine bubulle? Vilaine bubulle!)

A ce moment là, j’ai décidé qu’il serait raisonnable d’aller me coucher. Ce que j’ai fait. (On applaudit, je suis insomniaque!)

Mais juste avant (bah oui, faut pas déconner), j’ai eu une illumination en regardant ma bibliothèque. Ma manucure va super bien avec ma bouteille de thé glacé au miel Arizona (oui, c’est délicieux).

Je vous conseille cette boisson, plus j’en bois plus j’aime ça! Et il existe d’autres saveurs! Miam!

Enfin. Jusque là je trouvais ma manucure assez basique bien que colorée.

Alors le lendemain, j’ai décidé de donner un coup de punch à tout ça. Tout ça parce que Pshiiit m’a dit un truc trop gentil et que ça m’a mise de bonne humeur. (Je t’aime Pshiiit, j’ai un autel à ton image… Non j’déconne. J’ai déjà ta carte de visite dans mon portefeuille, comme toute bonne NPA qui se respecte, c’est déjà pas mal.)

Et là, illumination : plus de punch? Plus de pois!

Voilà c’que ça donne!

Bon, on est d’accord pour dire que ça n’a rien à voir avec Poissirène!

Je vous l’accorde, ça n’a plus grand chose à voir avec les sirènes non plus. La faute aux couleurs tout droit sorties d’Equestria (révise tes classiques!) et à une version volontairement moins ordonnée (qui fait moins écailles, du coup.)

Mais c’est sympa, non? Moi je trouve ça rigolo de ne pas avoir une seule couleur à regarder sur ses ongles, et les pois ça déstabilise les noeinoeils, ils savent plus où donner d’la pupille!

Sur ce, je vous embrasse toutes et vous souhaite une bonne soirée!

En espérant que tout ça vous ai plu! :D